Loading...
BIEN PREPARER SON VOYAGE 2019-02-11T09:46:02+00:00

Bien préparé son voyage

Le visa d’entrée unique de séjour à Madagascar est délivré par les représentations diplomatiques et consulaires ou par l’aéroport de débarquement, à l’arrivée.
Le droit de séjour est de 115 000 Ar (environ 35€) pour un séjour inférieur ou égal à 1 mois, 135 000 Ar (40€) entre 1 et 2 mois, 175 000 Ar (50€) entre 2 et 3 mois.

La langue principale de Madagascar est le malgache, mais l’anglais et le français sont reconnus également comme langues officielles, avec une préférence à l’usage pour le français.

Madagascar est situé à GMT + 3. L’île a donc un décalage horaire de +1h de l’Afrique du Sud, de +1h en été et +2h en hiver de l’Europe de l’Ouest, de +1h de la Réunion et de l’Île Maurice, de -4h de la Thaïlande, et de -5h de Singapour et Honk Kong.

Le climat à Madagascar est très varié selon les régions : Les Hautes-Terres ont un climat doux, l’Ouest est chaud et sec, la côte est pluvieuse, le Nord est chaud et humide, et le Sud semi-aride.
La saison sèche va d’avril à octobre, et l’été, saison des pluies, de novembre à mars.
L’idéal est de partir entre septembre et octobre ou d’avril à juin.
Saison cyclonique, qui concerne surtout la côte Est/Nord-Est est de décembre à mars.
En juillet-août, au cœur de l’hiver austral, les températures peuvent être fraiches sur les Hautes-Terres (prévoir vêtements chauds).

La monnaie de Madagascar est l’Ariary.
Celle-ci n’est pas convertible et il est conseillé d’effectuer le change sur place auprès des banques et des bureaux de change en ville, dans les aéroports, ou dans les galeries marchandes des grands hôtels.
Evitez les cambistes au noir exerçant dans la rue.
La plus grosse coupure est le billet de 20.000 Ariary (environ 5 euros)
Pour information 1euro =3 900 Ar (Août 2018)

Les agences bancaires sont présentes dans les principales villes du pays.
Elles sont ouvertes de 8h à 16h et la majorité d’entre elles est équipée de distributeurs automatiques de billets acceptant les cartes internationales.
Les Cartes VISA et MasterCard sont acceptées régulièrement (mais souvent avec une commission).
Les transferts d’argent peuvent être effectués également via des réseaux de télécommunications et les agences du réseau Western Union.

En plus de l’aéroport, des boutiques Duty Free sont disponibles en ville sur présentation d’un billet retour et d’une pièce d’identité.

À la fin de votre séjour à Madagascar, vous pourrez librement ramener (avec justificatifs et factures) 2kg de vanille, 250g de bijoux poinçonnés et 4 articles différents en peau de crocodile achetés chez des vendeurs agréés.

Ne devenez pas des trafiquants par ignorance ou par simple envie d’exotisme ! Renseignez-vous au préalable sur les procédures avant d’emporter quelque animal, plante ou objet artisanal.
La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore menacées de disparition stipule qu’il est interdit de ramener de votre séjour à Madagascar des lémuriens, dugong, tortue, boa, caméléon de Bemaraha, grenouille rouge d’Antongil, ou encore des euphorbiacées, didieracées ou apocynacées.
Il est également interdit de ramener des objets classés Patrimoine National comme les aloalo, les volets de fenêtres Zafimaniry et les documents anciens.

Elle est généralement à 220 volts. Les prises électriques d’usage courant à Madagascar sont des prises de type F. Les hôtels hors réseaux, ou prévoyants en matière de coupures intempestives ont leur propre groupe électrogène. Le solaire a aussi ses adeptes. Prévoir un appareil à pile pour les cas extrêmes…

Aucune vaccination n’est exigée par Madagascar de ses touristes, sauf s’ils ont transité par une zone infectée. La prophylaxie anti-malaria et une injection de gammaglobuline contre l’hépatite sont recommandées, ainsi que les préventions contre le choléra et la fièvre jaune. Concernant les épidémies qui peuvent survenir dans le monde, les autorités sanitaires malgaches sont aussi réactives et informées que les autres Etats.
Enfin, si vous transitez ou faites une escale de moins de 12 heures à Addis-Abeba, une note émanant de la Direction de la Veille Sanitaire de la Surveillance Epidémiologique stipule qu’il n’y a pas de risque pour le passager de contracter la fièvre jaune, et qu’il n’est donc pas nécessaire de se faire vacciner pour entrer à Madagascar.
Bon nombre d’épidémies (peste notamment) ne concernent pas les visiteurs adoptant des règles d’hygiène normales.

Trois principaux opérateurs de télécommunications couvrent la presque totalité de Madagascar : Orange, Telma et Airtel. Ils offrent tous les services courants : téléphonie fixe et mobile, internet haut débit, …
Le roaming est possible, il faut s’en assurer avec l’opérateur avant le départ.
Certains hôtels proposent le wifi et les cybercafés sont nombreux dans les villes.
Pour appeler un téléphone mobile de l’étranger, faire 261 + le numéro du correspondant sans le 0.
De très nombreux établissements (hôtels, restaurants…) proposent des accès wifi gratuit.

Il existe un Code de Conduite des visiteurs. En voici quelques extraits :

  1. Ne laissez pas de déchet derrière vous.
  2. Remportez avec vous les plastiques, le métal, les verres,…
  3. Ne sortez pas des chemins tracés.
  4. Ne campez qu’aux endroits autorisés.
  5. Pour préserver la forêt, sachez réduire vos exigences de confort.
  6. Ne prélevez rien, laissez à la forêt ses plantes, ses animaux, ses insectes.
  7. Ne nourrissez pas les animaux, évitez de les perturber par des actes violents ou par trop de bruit.
  8. N’achetez pas vos souvenirs n’importe où, car vous n’en savez pas l’origine.

Le non-respect des règlements peut valoir des sanctions à l’encontre du visiteur ou de l’organisateur de sa visite.

Les baleines et les dauphins parcourent des milliers de kilomètres pour atteindre les côtes malgaches.
Les eaux chaudes de cette partie de l’Océan Indien sont le lieu idéal pour l’accouplement et la mise bas des baleines. L’observation des mammifères marins doit être faite de façon respectueuse pour garantir la préservation des espèces. Un code de conduite permet de minimiser les risques d’impact :

  • Ne pas perturber le déplacement des groupes.
  • Interrompre l’observation si le groupe montre des signes de perturbation ou d’agressivité.
  • Entreprendre une approche de trois quarts arrière.
  • Placer les bateaux en parallèle et tous du même côté.
  • Réduire la vitesse du bateau dans une zone de sécurité : 800 m pour les baleines, 500 m pour les dauphins.

Durée d’observation maximale :
1h pour un groupe de baleines adultes, 30 min pour une mère et son baleineau ou pour un groupe de dauphins.
Ne programmer des safaris-baleines qu’en compagnie d’opérateurs s’étant engagés à respecter ce code conduite.

Madagascar est un des pays les plus pauvres du monde où le revenu moyen annuel par habitant est de l’ordre de 500 € (salaire mensuel de base autour de 40€).
Les prix des établissements et des prestations aux « normes internationales » sont un peu moins élevés qu’en Europe par exemple. Des petits hôtels ou gargotes pratiquent des prix extrêmement accessibles pour des services régulièrement tout à fait corrects. Il faut néanmoins se méfier des prestataires illégaux.

  • taxi aéroport international d’Ivato – centre-ville : 60.000 Ar (15,5 euros)
  • taxi centre-ville : 10.000 à 20.000 Ar
  • un plat principal dans un bon restaurant : entre 18.000 et 30.000 Ar (excellent rapport qualité/prix de la restauration).
  • un plat dans un petit hôtel ou gargote entre 3.000 Ar et 10.000 Ar

Le pourboire est régulièrement pratiqué. Laisser 5% d’une addition au restaurant (en vérifiant qu’une majoration du service, souvent 10%, n’a pas déjà été pratiquée).
Il ferait toujours plaisir à l’intéressé si on glisse un petit billet pour un service ou remerciement (1.000 ou 2.000 Ar) :
portage de bagages…
Les magasins «chics» pratiquent des prix fixes mais les petites boutiques ou vendeurs à la sauvette permettent, et encouragent, la pratique du marchandage. Restez raisonnable, respectueux et courtois car ces pratiques se déroulent toujours dans la bonne humeur.

A l’instar de, malheureusement, la quasi-totalité des pays dans le monde, quelques règles élémentaires doivent être respectées également à Madagascar :

  • Ne pas susciter les convoitises (pas de bijoux, faire attention aux smartphones ou appareils photos…).
  • Ne pas se promener seul la nuit sans guide.
  • Malgré cela, il faut savoir que la population malgache dans son extrême majorité est très accueillante et fière de recevoir des hôtes.

Ces fléaux n’épargnent aucun des pays pauvres de la planète.
A Madagascar, la mendicité est parfois pénible dans la capitale et ses principaux lieux touristiques. Cela est beaucoup plus tolérable dans les autres villes.
Pratiquement absente en brousse, il conviendra de ne pas l’encourager et donc de faire appel à des organismes caritatifs réputés ou associations locales afin d’effectuer des dons de quelques natures qu’ils soient.
La prostitution qui touche également les enfants se retrouve un peu partout sur le territoire. Même si elle s’adresse surtout à la clientèle locale, les touristes doivent être avisés que des peines lourdes sont affligées à ceux qui abusent des mineurs.
Pour information, une jeune fille malgache de bonne famille ne sort jamais seule le soir.